Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Benjamin Ball

Le blog de Benjamin Ball

"ce qui m'effraie ce n'est pas l'oppression des méchants c'est l'indifférence des bons"MLK Pour me contacter : 06 49 98 57 53 benjamin@wesign.it

50 adhérents et sympathisants de Nouvelle Donne pour une 6ème République

Bonjour,

Vous trouverez ci dessous la liste des co-signataires, ainsi que le texte définitif des adhérents et sympathisants de Nouvelle Donne pour une sixième République

Si vous ne l'avez pas encore fait vous pouvez également signer l'appel du mouvement pour la sixième République

http://www.m6r.fr/2014/09/je-signe/




La cinquième République est morte. Vive la Sixième République!


Le cumul des mandats, le capitalisme de connivence, l'hyperprésidence face à une assemblée nationale marginalisée, sont autant de symptômes d'une République malade. Nous ne décidons plus dans les urnes du destin de notre pays. Nous ne contrôlons plus nos élus qui trahissent leurs engagements ; le pacte représentatif est dénaturé. Nous espérons une République exemplaire et irréprochable. Nous voyons prospérer une République aux mains sales malgré le déni arrogant d'une partie de la classe politique. Nous contemplons des institutions représentatives et des partis politiques dévastés par une crise de légitimité, de crédibilité et de confiance.

La corruption, le clientélisme, les conflits d'intérêts et la fraude permettent d'accaparer les richesses. Des équipements pharaoniques et inutiles ainsi que la marchandisation des services publics sont autant de symptômes du mépris de l'intérêt général. Les partis politiques sont malades de leur financement abusif et trop de parlementaires ont mis plus d'énergie à contourner les lois qu'à les améliorer. Enfin, comme la noblesse de l'ancien régime, l'oligarchie se soustrait aujourd'hui à l'impôt.

La cinquième République a sans doute permis le redressement d'un pays épuisé par la faillite de la précédente. Elle a permis de grandes choses, mais aussi de moins grandes. Aujourd'hui, elle ne produit plus qu'un étrange renoncement, une exaspération diffuse, une colère sourde. Un cycle politique s'achève. La cinquième République semble à l'agonie.

C'est pourquoi il nous faut une nouvelle République et une nouvelle constitution. Elle ne doit pas être écrite par ceux dont elle est supposée encadrer le pouvoir, mais par le peuple. Il n'est pas d'autre moyen pour qu'elle remplisse son rôle et pose des règles réellement démocratiques.

Le discours de « la crise » est un outil politique qui maintient les populations dans la peur du chaos. Protester, manifester, s'indigner : tout cela ne modifie le système qu'à la marge.
Plus que d’arrangements, nous avons besoin d'un horizon nouveau. Tant que le seul but des partis sera de gagner les prochaines élections, nous ne sortirons pas du marasme.

Nous, citoyens, nous refusons la servitude volontaire et la camisole de force qui nous est imposée par la présidence. Nous savons que tout pouvoir ne vit que de ceux qui se résignent. Nous ne marcherons pas vers le désastre comme des somnambules.

Nous savons que le principe de la Démocratie est le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple. Nous savons la violence qui est faite quotidiennement à ce principe.

Nous savons, comme le répétait Pierre Mendès France, que la démocratie ne consiste pas à mettre épisodiquement un bulletin dans l’urne, à déléguer les pouvoirs, puis à se taire. La démocratie est action continuelle du citoyen. Ce n'est pas un choix entre des offres : c'est un pouvoir d'agir. Il nous faut aujourd'hui repenser les lieux du politique, réapprendre la votation, imaginer comment décider effectivement de notre destin commun de Nation. Vivre ensemble, c'est aussi savoir parler, délibérer et décider ensemble. La liberté et la démocratie, cela signifie la participation et la responsabilité de tous.

Nous savons, depuis Montesquieu, que par la disposition de choses, le pouvoir doit arrêter le pouvoir. Cela vaut pour la justice, dont les gouvernements successifs refusent l'indépendance. Cela vaut aussi pour la sphère financière. La crise n'est pas née de l'excès des droits sociaux, mais des abus de certains pouvoirs financiers. Cette finance est devenue l'ennemi de la démocratie. Nous ne déserterons pas devant l'ennemi. Cela vaut aussi pour la plupart des médias, qui sont essentiellement concentrés entre les mains de quelques groupes privés.
Il nous faut abolir l'hyper-présidentialisation de la cinquième République, rendre au gouvernement le pouvoir exécutif et au parlement le pouvoir législatif, faire que nos élus soient de vrais représentants du peuple, en nous appuyant sur plus de transparence et une plus grande participation citoyenne.

Nous savons que l'égalité devant la Loi, la liberté d'expression, le droit pour les citoyens de demander des comptes aux agents publics de leur administration, l'égale admissibilité aux emplois publics, la séparation des pouvoirs, sont autant d'obstacles aux abus du pouvoir. Ces principes fondent la République, comme le principe de solidarité et les droits économiques et sociaux proclamés par la Constitution française de 1946. Nous devons aujourd'hui les renforcer, leur donner une effectivité pleine et concrète. Certains veulent abolir les idéaux du Conseil national de la Résistance. Nous revendiquons cet héritage avec fierté.

Chacun de nous peut changer la donne. « En 1789, nous n’étions pas dix républicains » disait quelques années plus tard Camille Desmoulins. Aujourd'hui, chacun de nous peut agir afin que nous reprenions la main sur nos institutions. Nous pouvons nous arracher à la pesanteur du monde et nous projeter dans celui qu'il devrait être. Par notre volonté et notre action, les utopies d'aujourd'hui peuvent devenir les réalités de demain.


Vive la sixième République !


Nous, simples adhérents ou sympathisants de Nouvelle Donne, nous engageons pour l'élection d'une assemblée constituante chargée de fonder la sixième République.

Jean-Louis Accart, Eric Alt, Dominique Badet (ND33), Julien Baillergeau ND94, Benjamin Ball (ND 95), Nicolas barre nd76, Thierry Bardin ND67, Joseph Boussion, Bruno Boyer (Grenoble), Philippe Buka (ND FDE), Jérôme Cadee, Christophe Calmus (64), Emmanuel Chaumery (ND Web Team), Luc Chetail, Pascal Citrain ND 33, Marie-Christine Clais, Georges Coffre ND 56, Jean-Baptiste Coutelis, Guillaume Delaby, Yannick Delpuech, ND78 Fanny Despouys ( Nd webteam ND47), Stéphanie Diligent (ND Isère), Julien Dourgnon, Vincent Faure ( ND Isère), Edouard FOUCAUD ND46, Jean-François Gazon Marseille, Carole Gehendges, Patricia Giacobazzi ND29, Benjamin Grimont, Pierre-Louis Goirand ND 38, Claude Huin ND10, Emmanuel Iglesias,Esther Joly Alain Klepper, Ima KÖNIG, Didier Lalonde, Charles Leydier, Jean-francois Llos, Sandrine Lopez (ND Marseille), Linda Manceau, Cécile Monnier, Cyril Mouquet, Anne-Sophie Olmos, Tassadit-Rosa Ould Ameziane (ND 33) Gérard Rocher ND 24, Tristan Sanchez, Stéphane Sandeau-Gruber (ND37), Narjesse Touaref Forestier (ND42), Anne Vilaceque, Herizo Warhola...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Yanick Toutain 28/11/2014 12:39

http://revolisationactu.blogspot.fr/2014/11/reponse-marie-clais-nouvelle-donne.html
Réponse à Marie Clais (Nouvelle Donne) Votre co-listier candidat Jean-Marie Bourry est un barbouze escroc soutenu par les juges voyous Michael Janas TGI d'Angoulême, Robert Miori et Bernard Or Cour d'Appel de Bordeaux (receleurs et auteurs de faux en écriture) Pierre Larrouturou a été prévenu depuis longtemps